• 300.000 applications mais combien de Killer apps ?

    J’inaugure avec cet article le traitement des applications mobiles sur Trendastic. En effet les applications sont aujourd’hui de l’avis de presque tous, le nerf de la guerre. C’est en tous cas souvent plus important que la fonction téléphone (mais bon comme on appelera bientôt plus cela un téléphone). Pour autant nous traiterons ici le sujet à notre sauce en nous focalisant sur les usages et sur les applications qui servent vraiment. Quoi de mieux pour entamer cette série que de casser un mythe ? Car oui les app stores et les centaines de milliers d’applications ça ne sert à rien et c’est bullshit. Explications…

    Disclaimer: je suis heureux possesseur d’un iPhone depuis quasi 1 an. Je reviendrais sur les raisons de cette folie dans un prochain article mais je précise cela pour expliquer pourquoi en tant qu’utilisateur j’en suis revenu des appstores démesurés.

    Enlarge your…appstore

    On plaisantait il y a peu sur la taille des écrans mais la réflexion tient également pour le nombre d’applications des boutiques. Entre les 350.000 apps d’Apple (au 22 janvier 2011) et les 200.000 sur Android au 31 décembre 2010), il y a non seulement « une application pour ça » mais « plusieurs applications pour ça » et même des tas d’applications pour n’importe quoi.

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/AppleAppStoreStatistics.png" caption="Evolution de l'Appstore d'Apple - source: Wikipedia" /]

     

    Le cercle virtueux des appstores

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/2011-03-30_173018.png" caption="Plus il y a d’apps, plus il y a d’utilisateurs...plus il y a d'apps" /]

    Bien entendu il y a les exceptions qui confirment la règle. Ainsi Symbian a trop longtemps eu – à raison – l’image d’un OS sur lequel développé était un enfer et n’a pas pu se servir efficacement de son énorme base d’utilisateurs pour capitaliser et attirer les développeurs. C’était avant Qt et surtout avant que les développeurs n’aient d’écosystèmes solides sur lesquels développer. L’autre contre exemple est bien entendu Windows Phone. Le système lancé par Microsoft au 3ème trimestre 2010 a su rapidement proposer la plupart des applications clés (Facebook, Twitter, Allociné, …) non pas grâce à sa base d’utilisateurs mais en sortant le chéquier. Ça marche aussi ;-)

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/steve-ballmer.jpg" caption="Craches la thune Steve" /]

    Alors que les media continuent de relayer comme de bons élèves chaque « Milestone » (10.000/100.000/200.000 apps…), on s’éloigne de la réflexion de base : Combien d’applications sont vraiment utiles ?

     

    Au fait c’est quoi une application utile ?

    Bien sur chacun aura ses propres critères de définition et une application que je juge utile pourra vous sembler complètement futile et sans intérêt. Pour autant on peut dire qu’une application est utile lorsqu’elle répond à un besoin, qu’elle rend un service (oui je sais c’est bateau mais bon c’est aussi vrai). Ce service peut être de :

    • S’informer (blogs, journaux, twitter,..)
    • Partager (réseaux sociaux)
    • Publier (Flickr, Facebook, Youtube…)
    • Discuter (Nimbuzz, BBM, Viber, Skype,…)
    • Se divertir (jeux, passer le temps,…)
    • Découvrir & se déplacer (Pages jaunes, Google Maps, Ovi Maps, Trip Advisor, Ratp,…)

    L’utilité d’une application n’est pas forcément proportionnelle à la fréquence à laquelle on l’utilise. Personnellement je prends peu les transports en commun mais lorsque je le fais l’application RATP me rend ultra service en me donnant l’état du traffic, l’heure du prochain bus, l’itinéraire… Cette application m’est plus utile que Facebook que je consulte pourtant chaque jour.

    Une application utile c’est avant tout une application qui sait être là quand on en a besoin. La plupart des applications installées dans mon téléphone sont des applications utiles mais je n’en utilise que 10% quotidiennement. Lorsqu’elle devient inutile, j’efface  l’application de mon mobile…jusqu’à la prochaine fois (ex : guide touristique de Barcelone).

    On voit donc que les applications vraiment utiles ne représentent qu’une infime partie du « parc » disponible. C’est d’ailleurs la même chose sur PC/Mac, seules quelques dizaines/centaines d’applications sortent vraiment du lot et sont utilisées régulièrement. Pour autant le jour où vous aurez besoin d’une application capable de convertir un divx en PDF (car oui ce jour arrivera ;-))  et bien vous serez sauvé d’apprendre qu’un utilitaire à été développé par un mec dans un coin et que vous allez pouvoir l’utiliser.

    J’ai des tas d’idées sur ce que devraient faire les appstores pour améliorer le bordel qui y règne et ne faire ressortir que les applications utiles mais j’en parlerais dans un autre article.

     

    Les must have

    Qu’elles soient utiles ou non, certaines applications sont si importantes en terme d’image qu’elles sont une garantie de qualité de la plateforme. Pour jouer dans la cours des grands, une plateforme ne peut faire l’impasse sur ces must have. Facebook est certainement l’exemple le plus emblématique. Aucune plateforme n’est crédible si elle ne propose pas son application Facebook.

    Ces must have vous les connaissez tous car ce sont elles qui sont mises en avant lorsqu’Apple, Nokia ou Google font la promo de leurs stores.

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/appstore-e1301656378537.png"  /]

    Aujourd’hui pour la plupart des utilisateurs pourraient se contenter uniquement des must have apps. D’ailleurs c’est sur cette liste officieuse que Microsoft a décidé de batir son Marketplace lors du lancement de Windows Phone. Partir de loin sans base d’utilisateur, identifier les applications à avoir et payer si besoin pour. Résultat : au lancement on trouvait les Facebook, Allociné, Shazam,…

     

    Et une killer app ?

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/bouteille_de_lait.jpg"  /]

    A côté des applications utiles, des must have vient une catégorie d’apps encore plus rares qui revêtent un status iconique, les « killer apps ». Une killer app est une application qui à elle seule va réussir à vous convaincre de l’intérêt de l’appareil sur lequel elle tourne et qui suffit à déclencher l’achat.

    Bien entendu de l’éditeur au fabricant du mobile, tout le monde à intérêt à voir fleurir des killer apps.

    Autant être clair, les killers apps se comptent parfois sur les doigts d’une main (voire de 2 pour les bonnes plateformes). Une killer app va dépendre fortement de l’intérêt que vous allez tirer de son utilisation.

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/chucknorris1.jpg" caption="Non Chuck ce n'est pas ça une Killer App" /]

    Dans un autre domaine à une époque, PES ou GTA étaient des killers apps de la Playstation car ces jeux n’existaient pas sur Xbox.

    Et finalement aujourd’hui si on regarde les 2 principales plateformes mobiles en termes d’applications, rares sont les killers apps qui ne sont pas/ou ne comptent pas être présent sur Android ou iOS.

    Sur iPhone pour moi les killers apps sont par exemple :

    • Instagram pour la prise et la retouche rapide de photo
    • Dropbox pour accéder aux fichiers importants
    • Evernote/Springpad pour prendre et synchroniser mes notes sur tous mes appareils
    • Dragon Dictation pour dicter un message ou un status

    [image_border img="http://www.trendastic.com/wp-content/uploads/calc1.jpg" caption="Moi aussi je suis une Killer App" /]Vous remarquerez que je ne cite pas certains réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter c’est parce que plus qu’une application c’est le service qui m’est utile.

    Certaines killers apps sont tellement évidentes qu’elles sont d’ailleurs pré-installées depuis des années sur tous les mobiles. Un exemple ? La calculatrice ou le réveil.

    Franchement sur les 350.000 apps de l’appstore d’Apple je serais étonné qu’il existe plus de 20-30 killer apps. Dans un prochain article, je listerais mes killer apps sur les autres plateformes (Android, Blackberry et bien sûr Symbian).

    Et vous, quelles sont vos killer apps ?